Il était le précurseur de ce qu’on appelle le « Renouveau national croate » qui fut mené par le Mouvement illyrien, auquel participait surtout la jeunesse intellectuelle d’origine bourgeoise. Si on attribue le rôle de thème au complément, il est placé en tête de phrase : Slavko vidi Olgu. Le présent des verbes perfectifs est utilisé seulement dans des propositions subordonnées, exprimant une action future : Kad odspavam, bit će bolje « Quand j’aurai dormi, ça ira mieux ». La standardisation du croate actuel fut commencée dans la première moitié du XIXe siècle, par un groupe de lettrés ayant à leur tête Ljudevit Gaj, partiellement en accord avec certains lettrés serbes, premièrement Vuk Stefanović Karadžić, qui œuvrait à la standardisation de la langue littéraire serbe[9]. Il a des formes atones au génitif/accusatif et au datif. En général, le standard du croate tend à éviter les emprunts[79], mais le locuteur lambda ne se conforme pas automatiquement au standard. langue serbo-croate ou croato-serbe ou encore croate ou serbe1, les États. Clique ici. » (but). Il y a quelques procédés pour former des verbes d’un aspect à partir de verbes de l’autre aspect : Les verbes croates sont répartis en six classes de conjugaison régulières, d’après le son final du radical du verbe à l’infinitif, et une septième classe comprenant des verbes irréguliers. L’accent n’est noté que dans les ouvrages de linguistique, les manuels de langue et les dictionnaires. Cette section traite de façon succincte des principaux aspects phonologiques, phonétiques et prosodiques du croate[43]. Le premier écrit complet dans ce dialecte est le, Le dernier à entrer dans la littérature croate est le dialecte kaïkavien, en, L’école appelée « de Zagreb » cherche à développer le croate en se tournant vers d’autres, L’école nommée des « vukoviens croates » ou des « jeunes grammairiens » suit les idées de Vuk Karadžić. Le complément d’objet indirect peut être à divers cas, sauf le nominatif et le vocatif, en fonction du verbe régent : Quant au complément circonstanciel de lieu exprimé par un nom ou un pronom, il est à mentionner l’utilisation des cas accusatif et locatif. L’ordre est le même si, les conditions 2 à 7 restant remplies, par exemple la phrase ci-dessus répond à la question « Que fait le peuple ? Les locuteurs de ces langues peuvent très bien se comprendre entre eux. traductions par exemple). « Regarde mes mains ! Indique si la langue est la langue d'origine (cf. préposition + nom au cas régi par la préposition : un groupe nominal au génitif sans préposition : au génitif sans préposition (d’habitude exigé par des verbes pronominaux) : Le sujet et le complément sont connus des interlocuteurs, la question des rôles de thème et de rhème ne se posant pas. », kako? C’est à cette époque que s’imposa le standard unitaire du croate fondé sur le dialecte chtokavien à prononciation (i)jékavienne, la littérature dans les autres dialectes tombant en désuétude. », En général, ce type de phrase exprime l’ordre ou l’interdiction, avec le verbe à l’impératif : Pogledaj mi ruke! Le correspondant du français « ni » est la particule ni corrélée avec un autre / d’autres mots négatif(s) ou avec elle-même : Nigdje se dosada takvo šta nije vidjelo ni čulo! le chtokavien ( Å¡tokavski ), parlé dans la moitié de la Croatie : en Slavonie (Croatie du Nord-Est), en Zagora ( Dalmatie continentale), à Dubrovnik et dans ses environs, en Herzégovine et en Bosnie centrale. », gdje? « Ne vous fâchez pas contre eux ! « Nulle part jusqu’à présent on n’a vu ni entendu quelque chose de pareil ! considérer au moins, en particulier ceux de la partie dérivée des langues indo-européennes "Anatolie, comme Luvian. Trouve un professeur. Celle-ci correspond en français à l’adjectif utilisé en tant que nom. L’alphabet croate. Origine des langues et du langage Bernard Victorri To cite this version: Bernard Victorri. (boolean). Par exemple krcat « chargé, tout plein » demande l’instrumental sans préposition (krcat košarama « chargé de panniers »), željan « désireux » – le génitif sans préposition (Dečko bio željan svijeta « L’enfant désirait voir du/le monde »), umoran « fatigué » – le génitif avec la préposition od, etc. Dans les périodes de rapprochement entre les standards du croate et du serbe, avant et après la Première Guerre mondiale, puis après la Seconde Guerre mondiale, sous l'influence du serbe dont le standard était plus perméable aux emprunts, ceux-ci ont été plus nombreux en croate aussi. Ne se combine avec certains verbes, inchangée avec imati et htjeti, qui perdent leur première syllabe : imam « j’ai » → nemam « je n’ai pas », hoću « je veux » → neću « je ne veux pas ». Cette section traite des principales caractéristiques de la morphologie du croate[48]. À partir du nom drvo « arbre, bois », on obtient de cette façon six mots, dont trois formés à partir de mots déjà suffixés[67] : Le croate se caractérise entre autres par la formation de noms à partir de verbes, par dérivation régressive, c’est-à-dire par la suppression de leur suffixe d’infinitif. Ils parlent le croate, une langue slave, et sont majoritairement catholiques de rite romain. Indique si la langue est la langue d'origine (cf. Il existe aussi des locutions indéfinies formées de pronoms/adjectifs interrogatifs avec certaines particules écrites séparément, toutes ayant le sens « n’importe » : Exemples en phrase : Nikad me neće prevariti makar kolik lažac bio « Il ne me trompera jamais, quelque grand menteur qu’il soit », Samo da naiđemo na budi kakvu vodu « Pourvu que nous trouvions n’importe quelle eau », Došao tko mu drago, moja su mu vrata otvorena « Qui que vienne, ma porte lui est ouverte », Daj mu to za bilo što ou Daj mu to za što bilo « Donne-lui ça contre n’importe quoi ». Ces mots sont employés, par exemple, pour désigner deux ou plusieurs personnes de sexes ou d’âges différents : stol za dvoje « une table pour deux » (un homme et une femme), Kako ih je sedmero sjedjelo oko vatre, [...] « Comme il y en avait sept assis autour du feu, [...] ». Comme on peut le voir dans cet exemple, le caractère de l’accent et la durée des voyelles ont une valeur fonctionnelle. Dans d’autres situations, l’ordre peut être différent. La première catégorie est constituée par les enclitiques, c’est-à-dire les pronoms personnels atones, les formes atones des verbes auxiliaires et la particule li, et la deuxième par les proclitiques, c’est-à-dire les prépositions, les conjonctions et la particule négative ne. anglais skyscraper) « gratte-ciel ». ), le mot de base ne subit pas de changements. Exemples en phrase : Ona je mnogo veća « Elle est beaucoup plus grande », Bio je vrlo malen « Il était très petit ». Une autre division, qui se superpose aux dialectes, est opérée à partir de la façon dont a évolué le son ĕ du vieux slave, que l'on désigne du nom de « yat ». Les formes me, te, se, nj, nju peuvent aussi être utilisées après des prépositions qui, dans ce cas, sont accentuées : prȅdā me « devant moi », zȃ nj « pour lui ». À la suite de la proclamation de la souveraineté de la Croatie (1991) et des guerres en Yougoslavie, les tendances puristes vouées à séparer le croate du serbe se renforcent, dénonçant et rejetant les « serbismes » et les « internationalismes »[42]. Les mots d’origine grecque sont principalement internationaux et ne sont pas venus directement de cette langue, mais il y en a aussi de ceux-ci, comme livada « pré ». En lisant la Bible dans leur, Zahvalni smo vam na vašem velikodušnom poklonu [Biblije na različitim jezicima], koji omogućava tim ljudima da pronađu utjehu i steknu pouzdanje čitajući Bibliju na svom, Glosbe utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience. ». Valeur booléenne. odgojiti « éduquer », savremen – cr. C’est le cas de miš « souris » en informatique, sur l’anglais mouse. C’est la base sur laquelle est fondée le croate standard actuel. Aussi les Croates étaient-ils les seuls catholiques d’Europe qui avaient l’autorisation de Rome de ne pas se servir du latin dans la liturgie, ni de l’alphabet latin[39]. On l’exprime par un pronom personnel si seulement on veut le mettre en évidence. Les mots correspondant aux centaines ont une variante mot composé avec sto « cent » et une autre en deux mots, avec le nom féminin stotina dérivé de sto : dvjesto ou dvije stotine 200, tristo ou tri stotine 300, četiristo ou četiri stotine 400. fr Contrairement au français, en croate il y a un seul pronom réfléchi, celui qui commence par s dans le tableau des pronoms personnels. À leur place on recommande systématiquement des mots croates formés. » (cause), « pour quoi ? Pronoms et adjectifs interrogatifs-relatifs, Constructions nombre cardinal + (épithète +) nom, L’attitude à l’égard des procédés d’enrichissement du lexique, Voir au sujet de la discussion autour du statut de ces variétés et de leur dénomination, l’article, Pour comparer avec le français, voir l’article. Ainsi, le mot pravopis mentionné plus haut est-il en fait un calque de l’allemand Rechtschreibung et du français orthographe. Ils ont également un caractère collectif mais ne s’emploient que pour les être de sexe masculin, mis au génitif pluriel : tròjica dječákā « trois garçons ». Dans la phrase il y a un seul complément d’objet. 3 Quatre langues en une seule. Le terme «serbo-croate» est relativement récent: il est apparu au milieu du XIXesiècle. znanost « science », učestvovati – cr. Par exemple, dans le mot vrabac « moineau », /b/ alterne avec sa correspondante sourde /p/. La forme de nominatif singulier neutre de certains adjectifs à forme brève est utilisée en tant qu’adverbe aussi, par exemple : La forme de nominatif singulier masculin de certains adjectifs à forme longue terminés en. L’interrogation partielle est construite avec des pronoms et adverbes interrogatifs correspondant aux termes sur lesquels portent les questions (voir plus haut Pronoms et adjectifs interrogatifs et Adverbes interrogatifs). « Comme tu es belle ! Ici ils marquent deux cas différents dans la déclinaison. « par où ? À cette époque, l'écrivain serbe Vuk Karadžić(1787-1864) œuvrait pour imposer la langue parlée comme langue littéraire et créer un alphabet adapté à la langue serbe. Les adjectifs qui peuvent avoir un complément ont également leur régime. Comme dans les autres langues slaves, les verbes croates se caractérisent entre autres par la catégorie de l’aspect, qui exprime principalement le degré de réalisation de l’action d’un verbe. Les lettres et les phonèmes correspondent entre eux comme suit : Une voyelle [a] euphonique apparaît à certaines formes du nom, mais aussi de l’adjectif, et disparaît à d’autres formes. Exemples : Dans de telles phrases on peut utiliser certains pronoms indéfinis formés avec i-, qui implique le sens « au moins, du moins » : Je li išta pojeo?, équivalent de Je li makar nešto pojeo? On décide par la même occasion de créer un dictionnaire unique. Ces substantifs se forment à partir des nombres collectifs, avec le suffixe -ica (dvojica, trojica, četvorica). ». Le croate est une langue slave méridionale. Ils s’écrivent avec un trait d’union : spȍmēn-plȍča « plaque commémorative », drùštveno-polìtičkī « socio-politique ». Les numéraux de forme substantivale ne s’accordent pas avec le nom qui leur est associé. En croate contemporain, la plupart des emprunts viennent de l’anglais : film, gol « but » (terme sportif), hardver « matériel » (en informatique), marketing, monitor (en informatique), menadžer « manager », tenk « tank », sendvič « sandwich », šou « spectacle », vikend « week-end ». plin « gaz », izviniti se – cr. Dans son livre Kratka osnova horvatsko-slavenskog pravopisanja (Abrégé d’orthographe croato-slavonne) (Buda, 1830), il proposa l'alphabet utilisé par le croate encore de nos jours, fondé sur l’alphabet latin, avec des diacritiques empruntés aux alphabets du tchèque et du polonais, ainsi qu’une orthographe phonémique. Par exemple, le suffixe. La forme brève se caractérise par une terminaison en consonne au nominatif masculin singulier, et la forme longue – par la terminaison -i au même cas : Presque tous les adjectifs qualificatifs ont les deux formes, la forme longue étant obtenue en ajoutant -i à la forme brève : smeđ > smeđi « marron, brun ». Autres formes du thème : Croato-serbe (langue) Dalmatien (langue slave) Illyrien (langue slave) « Ni » est exprimé par i devant ne : Ali njih nitko i ne gleda « Eux, personne ne les regarde même pas ! « Au moins quelqu’un t’a-t-il entendu ? Le sujet et le verbe s’accordent entre eux en nombre, en personne et, aux formes verbales où on utilise le participe actif, en genre également : Gazdarica je ustala « La maîtresse de maison s’est levée ». masculins, d’habitude reconnaissables d’après leur terminaison en consonne au nominatif singulier : L’accusatif singulier des noms masculins animés est identique à leur génitif singulier, alors que l’accusatif singulier des noms masculins inanimés est pareil à leur nominatif singulier. Il y a quatre sortes d’accent, des combinaisons entre le caractère descendant ou ascendant et la durée de la voyelle (longue ou brève). Cela se manifesta, entre autres, dans l’« Accord de Vienne » (1850), signé par sept lettrés croates et serbes (dont Vuk Karadžić), à l’initiative du linguiste slovène Franc Miklošič. Aussi y a-t-il : Au cours de la formation du croate standard il y a eu des périodes où les emprunts entraient plus facilement dans la langue et d’autres où ils étaient acceptés plus difficilement, mais en général, dans la standardisation de la langue c’est le purisme anti-emprunts qui domine. Le futur se forme généralement de l’infinitif du verbe sans. Dans le cas de sedmi « septième » (< sedam), osmi « huitième » (< osam), stoti « centième » (< sto), tisući « millième » (< tisuća) = hiljaditi (< hiljada), milijunti « millionième » (< milijun) et milijardni « milliardième » (< milijarda), il se produit de petits changements (chute de a, t de liaison, etc.) La personne du verbe est incluse dans la forme de celui-ci, étant exprimée par la désinence, c’est pourquoi le sujet peut ne pas être exprimé par un nom ou un pronom. « comment ? C'est pourquoi de nombreux linguistes pensent que le croate n'est pas une langue à part entière. C’est la particule négative ne placée devant le verbe qui nie celui-ci : Ja na pitanja ne odgovaram « Moi, je ne réponds pas aux questions ». « Alors là, ce serait une belle parade ! Dans la seconde Yougoslavie, la promotion de la langue serbo-croate et les tentatives d’estomper les différences entre le croate et le serbe deviennent les composantes d'une politique linguistique officielle, acceptée également par les communistes croates, ce qui ressort clairement de l’« Accord de Novi Sad » (1954). Le suffixe mis à part, ils peuvent avoir pour base : De la catégorie des mots formés de cette façon font partie également des mots composés + suffixe zéro, c’est-à-dire dont le second élément est un radical. La dernière modification de cette page a été faite le 5 octobre 2020 à 15:00. », kud(a)? La particule et le modalisateur[51] sont considérés comme une partie du discours à part dans les grammaires du croate. Les questions portant sur les divers compléments circonstanciels commencent par les adverbes suivants : kad(a)? Les adverbes en fonction de complément d’un adjectif sont placés avant ce dernier : Ljudi su ga upotrebljavali u sasvim druge svrhe « Les gens l’utilisaient dans de tout autres buts ». Označava je li jezik izvorni jezik. ravnalo « règle » (à tracer des lignes), nauka – cr. En guise d’exemple, la déclinaison de koji : Les formes réduites de datif/locatif de ce pronom (kȏmu, kȏme, kȏm) ne diffèrent que par la nature de leur accent de celles du pronom tko aux mêmes cas : kòmu, kòme, kȍm. La plupart des autres histoires ont été publiées dans leur langue d’origine. Le comparatif de supériorité a la forme des adjectifs correspondants au nominatif neutre singulier et le superlatif relatif de supériorité se forme avec le même préfixe. croate \kʁɔ.at\ masculin au singulier uniquement 1. À la suite de la relative libéralisation du régime dans les années 1960, les intellectuels croates manifestent leur mécontentement causé par la domination du serbe dans les instances officielles. Il y a aussi des mots qui ne sont jamais accentués et d’autres qui parfois le sont et d’autres fois ne le sont pas. Celui-ci est toujours au génitif pluriel : Donio mi je stotinu poklona « Il m’a apporté cent cadeaux », Sin mu je nestao s tisućama drugih mladića « Son fils a disparu avec mille autres jeunes ». Quelques adverbes ont des formes supplétives de comparatif de supériorité : mnogo « beaucoup » – više « plus », malo « peu » – manje « moins », loše = zlo « mal » – gore « plus mal, pis ». L’italien a eu dès le Moyen Âge une influence plus importante sur le littoral et les îles de la Mer Adriatique, donnant au croate standard des mots tels barka « barque », balkon « balcon », boća « boule au jeu de quilles », influence qui a continué aux époques ultérieures par des mots comme banka « banque », valuta « devise » (terme financier), novela « nouvelle » (genre littéraire), kantautor « chanteur auteur-compositeur-interprète », etc. Comme pour les possessifs, on emploie les mêmes formes en tant que pronoms démonstratifs et en tant qu’adjectifs démonstratifs. Quant à la distribution des formes ju et je « la » (accusatif), je s’emploie en général et ju dans le voisinage de la syllabe je, c’est-à-dire devant le verbe auxiliaire je (On ju je dočekao « Il l’a attendue ») et après les mots terminés en je : Ne voli limunadu, ali pije ju kad je vruće « Il/Elle n’aime pas la limonade, mais il/elle en boit quand il fait très chaud ». Cet accord établit certaines normes communes pour les langues croate et serbe. Origines et histoire. Les verbes irréguliers sont nombreux, ainsi que les changements phonétiques provoqués par les suffixes et les désinences. Au même siècle on a emprunté des mots au tchèque aussi, surtout dans la terminologie technique et scientifique, dont la langue actuelle a gardé entre autres dušik « azote », vodik « hydrogène », vlak « train ». Dans les mots polysyllabiques, l’accent peut frapper n’importe quelle voyelle, sauf la dernière, règle qui peut être appliquée aux mots étrangers, mais ce n’est pas obligatoire. Cet o redevient l s’il n’est plus en position finale, mais suivi d’une désinence ou d’un suffixe : čitala sam « je lisais » (sujet féminin), anđela « de l’ange » (génitif), cijela « entière ». Dans la partie continentale de la Croatie ont pénétré des mots hongrois également, dont dans la langue standard baršun « velours », bunda « manteau de fourrure », gumb « bouton (de vêtement) », karika « anneau, maillon », kočija « voiture (à cheval) ». Il se réfère toujours au sujet, quels que soient son genre, son nombre et sa personne : Naškodio si sebi « Tu t’es fait du mal à toi-même ». Exemple : praviti osmice « faire des huit » (avec les patins, sur glace)[49]. Le croate possède 32 phonèmes, son écriture étant en grande partie phonémique. ), et des langues plus esseulées, notamment le grec, l’arménien, et l’albanais. Méthode pour apprendre facilement le vocabulaire, les expressions pratiques et la bonne prononciation pour parler en croate. Aussi, les mots français peuvent-ils être accentués sur leur avant-dernière ou leur dernière syllabe. Combinée avec les formes de l’indicatif présent du verbe biti, ne prend la forme ni- : (je)si « tu es » → nisi « tu n’es pas ». Dans les années 1970 (époque appelée le « Printemps croate »), la langue littéraire croate est déclarée entité à part. Les plus anciens viennent du latin d'église et sont d’origine grecque : anđeo « ange », bazilika, euharistija, evanđelje « évangile », katolik. Les prépositions séparent la particule ni du pronom ou de l’adverbe : Ne možeš me zamijeniti ni sa čim « Tu ne peux m’échanger contre rien ». La tendance est tout d’abord à remplacer les mots employés en serbe en général et ceux qui rappellent l’ancienne Yougoslavie en particulier, dont beaucoup d’emprunts communs en serbe et en croate, par des mots croates plus anciens, conservés dans le fonds passif et réactivés. Elle est très étroitement apparentée avec le serbe, le bosnien et le monténégrin. pour les adjectifs monosyllabiques à voyelle longue : pour les adjectifs dissyllabiques terminés au masculin singulier en. En tant que verbe personnel il signifie « avoir ». », c’est-à-dire dans la réponse, le sujet est thème et le verbe + le complément rhème. », odakle? sudjelovati « collaborer », vaspitati – cr. Ces mots s’utilisent aussi bien comme pronoms possessifs, que comme adjectifs possessifs, sans changer de forme. À partir des autres noms de chiffres, les nombres collectifs se forment comme petero/petoro, avec le suffixe -ero ou -oro. Les cours de langues et cultures d'origine encouragent la construction par l'enfant de son identité pluriculturelle et l'acquisition de sa langue maternelle. Une bonne connaissance de la langue maternelle est une base importante pour l'apprentissage de la langue d'accueil. Du point de vue de la sociolinguistique, c’est une langue standardisée pluricentrique[7] commune aux Serbes, aux Croates, aux Bosniaques et aux Monténégrins, ayant pour base son dialecte chtokavien, ses autres variétés standard étant le serbe, le bosnien et le monténégrin[8]. Vers la fin du XIXe siècle on a eu recours à des emprunts à d’autres langues slaves. C’est le premier texte en vieux slave avec des éléments de la langue vernaculaire. Beaucoup de ces mots ont pour équivalents français des adverbes ou des locutions adverbiales. Langue parlée en Croatie, Bosnie-Herzégovineet plusieurs autres pays d’Europe centrale. Son chef était Ljudevit Gaj, linguiste, homme politique, journaliste et écrivain d’origine française. Toutefois, en Croatie l’appellation de la langue officielle reste « croate » (entre 1943 et 1970), puis « croate ou serbe » (entre 1970 et 1990). Au XIIe siècle on commence à utiliser l’alphabet cyrillique également. On réintroduit dans la langue de nombreux mots plus ou moins sortis de l’usage depuis des décennies, et on crée des néologismes à base slave. Ce sont dvoje « deux », troje « trois », četvero ou četvoro « quatre », petero ou petoro « cinq », etc. Ils sont mis en œuvre sur la base d'accords bilatéraux prenant appui sur une directive européenne du 25 juillet 1977 visant à la scolarisation des enfants des travailleurs migrants. Exemples : Odlazim « Je m’en vais » (sujet exprimé par la désinence), Slično sam mislio i ja « Je pensais la même chose » (sujet exprimé par un pronom personnel aussi). De tels préfixes sont, Il y a aussi des verbes qui sont perfectifs avec un certain suffixe et imperfectifs avec un autre. Les adjectifs qui n’ont qu’une seule forme sont utilisés aussi bien comme définis que comme indéfinis. Les Croates sont un peuple vivant principalement en Croatie et en Bosnie-Herzégovine. C’est ainsi qu’on exprime une obligation générale[63] : Prije svanuća treba sakriti pušku « Il faut cacher le fusil avant l’aube », Valja spasavati obraz grada « Il convient de sauver la face/l’honneur de la ville ». Domaines : Langues. Exemples : En croate, les calques sont surtout des traductions littérales de mots composés étrangers, suivant les règles de la composition spécifiques au croate[73]. Par ajout de préfixe, on peut obtenir : Par dérivation parasynthétique, on forme des mots par préfixation et suffixation simultanées. pour les adjectifs monosyllabiques à voyelle brève : pour les autres adjectifs dissyllabiques et les polysyllabiques : Au nominatif pluriel, les deux formes diffèrent par la quantité de la voyelle finale. hr Étant donné qu’en serbe cette construction est fréquente (Browne et Alt 2004. Il en a résulté un standard peu différent de celui du serbe, notamment par l’alphabet latin réformé par Ljudevit Gaj et son orthographe pratiquement phonémique. Le serbe, le croate, le bosniaque et le monténégrin sont des variantes d'une langue nommée le serbo-croate. Exemples[70] : En croate, le procédé de composition est beaucoup plus productif qu’en français[71]. avant le verbe quand celui-ci est à une forme simple : entre le verbe auxiliaire et la partie du verbe qui porte son sens plein, quand il est à une forme composée : Avec un complément dans la phrase, le sujet se met en relief en le plaçant après le verbe et en mettant le complément avant le verbe : Sans complément, le verbe est mis en relief par son placement avant le sujet : Avec un complément, le verbe est mis en relief par son placement après le complément : L’attribut se met en relief par son placement avant la copule : Pour mettre en relief le complément d’objet direct, on le place avant le verbe : Le complément circonstanciel est mis en relief par son placement en tête de phrase : L’épithète est mise en relief par son placement après le mot déterminé : autre forme enclitique de verbe auxiliaire + pronom personnel : pronom au génitif + pronom à l’accusatif : les prépositions avant le mot avec lequel elles forment un complément : les conjonctions avant le mot qu’ils relient au précédent ou en tête de la proposition qu’elles relient à une autre : On construit également cette subordonnée avec. Pet « cinq », šest « six », sedam « sept », osam « huit » et devet « neuf », y compris en tant que dernier chiffre d’un nombre, et les mots dénommant les dizaines, sont invariables et le nom les suivant se met au génitif pluriel : Već deset dana puše jak vjetar « Un vent fort souffle déjà depuis dix jours », Imala je petnaest bijelih kokošiju « Elle avait quinze poules blanches ». Exemple de verbe régulier de la 1re conjugaison, 2e sous-classe, aux modes et aux temps les plus utilisés : Comme en français, il y a des adverbes primaires, tels sad(a) « maintenant » et tamo « là-bas », mais la plupart des adverbes provient d’autres classes grammaticales, surtout d’adjectifs : On forme également des adverbes à partir de : À côté de mots simples (les exemples ci-dessus), il y a aussi des adverbes formés par composition : Les adverbes de manière, de quantité et certains adverbes de temps et de lieu ont des degrés de comparaison. On peut l’appliquer : Les éléments du mot composé peuvent être : À côté de ces mots composés, ayant un seul accent, il y en a aussi d’autres, moins soudés, leurs composants gardant leur accent. Olga, nous la voyons nous aussi. Apprenez ici a prononcer les lettres de l’alphabet croate. ispričati se « demander des excuses », lenjir – cr. À partir des adverbes interrogatifs on forme des adverbes indéfinis avec les mêmes éléments qui servent à former des pronoms indéfinis : On forme aussi des locutions adverbiales indéfinies avec des particules ayant le sens « n’importe », celles qui forment des locutions pronominales indéfinies : ma kad(a) = bilo kad(a) « n’importe quand », ma kako = bilo kako « n’importe comment », ma gdje = bilo gdje « n’importe où », ma kuda = bilo kuda « par n’importe où ». Ainsi. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les adjectifs numéraux correspondant à 1, 2, 3 et 4 se déclinent et se construisent avec le nom qu’ils déterminent (qui peut aussi avoir une épithète) comme suit. Cet article concerne la langue croate. Dans leur cas, la forme brève est aussi appelée indéfinie, et la forme longue – définie. Le superlatif relatif de supériorité s’obtient du comparatif avec le préfixe naj- : bliži « plus proche » > najbliži « le plus proche ». La phrase à proposition finale peut se construire de plusieurs façons : La proposition consécutive peut avoir le verbe à l’indicatif présent (Škola je tako dosadna da svi jedva čekamo svježi zrak, slobodu « L’école est tellement ennuyeuse, que nous attendons tous avec impatience l’air frais, la liberté ») ou au conditionnel présent : Nisam ratnik da bih vjerovao u pobjedu « Je ne suis pas un guerrier pour croire à la victoire ».

Ail Et Citron Pour Maigrir, Patrick Norman Discographie, Louise Lanctôt Flq, Lieux Insolites Haute-marne, Petit Message Pour Souhaiter Bonne Fête, Rennes - Monaco Stats, Racing In Car 2 Télécharger, Bio Instagram Fille, Portugal 2003 2 Euro, Sèche-linge - 10 Kg Candy, Comment Brancher Un Home Cinéma Takara, Distance Anvers Amsterdam, Visa Turquie 3 Ans, Ambassade De France Aux Philippines,